Skip to content

Le Palais du Potala de Lhassa

NepalPotala1

Le Potala, bâti au milieu du XVIIème siècle, a été pendant 300 ans le lieu de résidence des dalaïs-lamas, jusqu’à ce qu’en Mars 1959 l’actuel Dalaï , celui que vous avez vu à la télévision et dont le visage ruisselle de sérénité, doive fuir en l’Inde devant l’invasion de l’armée chinoise. C’est aujourd’hui un musée chinois.

Bien que l’édifice ne donne plus directement lieu à des manifestations religieuses, nombreux sont les pèlerins qui prient et se prosternent à l’extérieur au pied de l’édifice, à même le trottoir, sous les yeux des caméras de surveillance chinoises. Dans le musée même, on ressent chez les Tibétains une émotion et une dévotion très importantes. Même si l’autonomie du Tibet disparait de plus en plus devant l’invasion commerciale, touristique et démographique de la Chine, le lieu reste essentiel pour les Tibétains, pour tous les pèlerins et pour ceux des touristes qui connaissent l’histoire réelle du Tibet. Montrer une photo du Potala ou du Dalaï Lama (ou bien mieux l’offrir) active un véritable bonheur chez ces bouddhistes.

Vu de loin le Potala apparait bien plus comme une forteresse que comme une résidence ou un lieu de culte: les murs sont imposants et hauts, les fenêtres du Palais Blanc, résidence du Dalaï et lieu de l’administration, se multiplient. Au dessus, c’est le palais Rouge (et on retrouve cette dichotomie dans de nombreux lieux au Tibet ou au Ladakh) destiné aux prières. Il comporte les nombreuses sépultures des Dalaïs décédés ainsi que des stupas, des sculputures, des tankas et des peintures superbes (mais NO PHOTO…). Au total il y a treize étages et 1000 pièces!

Photographie prise en Aout 2006 par René Degiovani. Sous licence Creative Commons.

POUR RECEVOIR RÉGULIÈREMENT DES PHOTOS,
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER